cartes de crédits

Moins de cartes de crédit, mais plus de dettes

Au cours des dernières années, l’utilisation de la carte de crédit est devenue, en Amérique du Nord, une pratique courante. Cependant, ce moyen de paiement, pratique et quasi indispensable, s’avère dangereux dans la mesure où il peut conduire à l’endettement des ménages. À cet effet, voici non seulement un aperçu de la situation actuelle au Canada, mais également, quelques conseils pour éviter les dettes liées aux cartes de crédit.

Moins de cartes de crédit, mais des dettes en constante augmentation

Aussi étonnant que cela puisse paraître, les dernières études statistiques menées par TransUnion révèlent que les Canadiens détiennent de moins en moins de cartes de crédit et que, pourtant, le niveau d’endettement ne cesse d’augmenter.

À titre informatif, alors que les dettes accumulées par les Canadiens sur les cartes de crédit étaient de 91,2 milliards de dollars à la fin de l’année 2015, elles totalisaient 94,2 milliards de dollars en 2016 à la même période. En d’autres termes, en comparant les fins d’années 2015 et 2016, la dette moyenne d’un Canadien était de 4 001 $ et 4 094 $, respectivement. Notez que le niveau d’endettement s’avère particulièrement alarmant dans des provinces comme l’Alberta (4 948 $, 2016) et la Saskatchewan (4 550 $, 2016).

Cela étant, l’augmentation de la dette a, bien entendu, des conséquences, car il est alors possible de constater, sur l’ensemble du pays, non seulement une augmentation du taux de payeurs délinquants (4,2% en 2016), mais également des problèmes pour certains ménages à honorer leurs remboursements. En regardant plus spécifiquement l’aspect financier, quelles sont alors les alternatives pour limiter ou éviter les dettes ?

En cas de difficulté financière

Lorsque la société vit des difficultés financières et qu’il devient impossible de rembourser, par exemple, des taxes de vente ou une facture d’impôt, la faillite peut être envisagée. Ceci étant, dans le cas d’une société en nom collectif, la responsabilité des associés est illimitée. C’est donc dire que chaque associé est responsable du remboursement des créanciers. Dans le cas où les actifs ou les équipements détenus par l’entreprise ne suffisent pas au remboursement de la dette, les créanciers peuvent alors saisir les biens personnels des associés. Une telle situation pourrait alors conduire à leur propre faillite.

Dans quelques cas, et selon certaines conditions, les sociétés de personnes peuvent limiter les responsabilités des associés vis-à-vis des créanciers en créant une société en nom collectif à responsabilité limitée (S.E.N.C.R.L.).

En conclusion, en cas de faillite, il est intéressant pour les associés de prendre conseil auprès d’un syndic autorisé en insolvabilité expérimenté en la matière. Nos syndics possèdent l’expérience en entreprise et pourront vous conseiller adéquatement selon la situation de la société.

Une fois endettés, de nombreux ménages éprouvent de la difficulté à rembourser les créanciers. Ils n’ont alors bien souvent pas d’autres solutions que de contacter un syndic de faillite dont la tâche consiste à déposer une faillite personnelle ou encore une proposition de consommateur en fonction des dus et des revenus de la personne endettée. Au terme de ces deux procédures, ces solutions donnent aux Canadiens un nouveau départ sur le plan financier.

Des solutions pour réduire l’endettement

Autant que possible, réduisez les paiements faits par cartes de crédit. Prenez l’habitude de régler par paiement direct ou argent comptant, plutôt que de porter le montant sur une carte de crédit. Il est également recommandé d’établir un budget répertoriant vos entrées d’argent et vos dépenses mensuelles. Pour ce faire, pensez à utiliser une application budgétaire ou, encore, à investir dans un logiciel destiné à cet usage. Finalement, nous vous invitons à consulter notre article Trucs pour gérer vos finances pour obtenir des conseils supplémentaires.

Si vous êtes dans la situation décrite par les statistiques de TransUnion, nos syndics de faillite et conseillers en redressement financier peuvent vous aider à reprendre votre situation financière en main. Consultez nos spécialistes pour un nouveau départ.

Prendre rendez-vous avec l’un de nos conseillers Roy Métivier Roberge pour discuter de votre situation

Scroll to Top