Proposition concordataire

Laurence et Frédéric se sont protégés des créanciers

Une entente légale vaut mieux qu’une entente verbale, cela va de soi. Et qui est mieux placé qu’un conseiller en redressement pour prendre entente avec des créanciers?

Laurence et Frédéric exploitaient un restaurant avec passion depuis déjà trois ans. Style unique, concept novateur, nourriture exotique, ils avaient trouvé la recette! Partis de rien, ils avaient tout acheté neuf et mis l’accent sur le design intérieur. On imagine facilement la facture à payer.

Malheureusement, ils n’avaient pas prévu le ralentissement économique. Malgré un départ prometteur, les clients n’étaient plus au rendez-vous. Les fournisseurs furent les premiers à s’impatienter. Les cartes de crédit et la marge de crédit ne pouvaient plus rien avaler. Les créanciers appelaient pratiquement tous les jours.

Trois recours judiciaires furent intentés contre le restaurant. Les démarches personnelles auprès des banques furent un échec. Le couple n’était tout simplement plus solvable. Incapables d’abandonner leur rêve et leur vingtaine d’employés, Laurence et Frédéric firent appel à l’un de nos conseillers en redressement sans trop y croire. Lors du premier rendez-vous gratuit, celui-ci les écouta attentivement et étudia le dossier en profondeur. Pour éviter la faillite que les jeunes restaurateurs redoutaient tant, il leur présenta une autre option : la proposition concordataire, c’est-à-dire qu’il leur offrait de négocier avec les créanciers pour modifier les modalités de remboursement des dettes. Ce genre de proposition a souvent pour mérite de satisfaire toutes les parties.

Comme le couple désirait sauver leur commerce et que celui-ci était tout de même assez solide pour survivre si une partie des dettes étaient remboursées, notre expert a donc placé l’entreprise sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, la protégeant ainsi des recours judiciaires. Il a pu alléger les paiements de dettes et a facilité ceux-ci en prenant en charge tous les remboursements après une entente avec les créanciers et l’Agence du Revenu du Québec. Il a liquidé certains équipements excédentaires puis de nouvelles conditions de financement ont été négociées avec l’institution financière principale. Il a revu les horaires de travail des employés pour diminuer un tant soit peu la masse salariale. Ainsi, le restaurant a pu maintenir ses activités et Laurence et Frédéric accueillent encore les clients à leurs tables!

Des questions?
1-844-651-5500